Père riche, père pauvre : un classique de l’éducation financière.

pere riche, pere pauvre

 

Robert Kiyosaki est un des grands gourous américains en matière d’éducation financière. Kiyosaki se présente souvent comme ayant été très pauvre avant d’essayer de réussir avec plusieurs sociétés pour finalement s’orienter vers l’éducation financière. Dans les faits, il n’est pas certain qu’il ait été réellement très pauvre, mais on ne reste pas moins que ces enseignements sont très valables et sont véritablement à marquer au fer rouge dans l’esprit.

2 papas ?

La construction générale du livre repose sur le fait que l’auteur considère avoir eu deux pères. Le premier, son père pauvre, et aussi son père naturel – un homme ayant fait carrière dans l’éducation et pour qui l’argent tabou. Plus exactement, son père naturel est gêné par tout ce qui touche l’argent. Il en parle donc peu et en gagne peu. À mesure qu’il vieillit, ce père naturel finit par devoir travailler toujours plus pour payer ses dettes et ses crédits. Un destin peu enviable.

Miroir de ce père pauvre, Kiyosaki nous présente aussi son père riche. Il s’agit en fait d’un des meilleurs amis de son père naturel, mais qui en représente l’antithèse en matière d’argent. Le père riche n’a pas fait d’études, mais est très à l’aise avec l’argent, le manipule avec passion, et au final finit bien plus riche que son père naturel.

Pour devenir Riche, il faut déjà changer son esprit !

L’objectif de ce livre est avant tout de nous faire changer de point de vue sur l’argent, de nous faire comprendre à quel point nous sommes conditionnés pour avoir une certaine attitude vis-à-vis de l’argent. Les principes en eux-mêmes sont simples, mais la façon dont l’auteur explique l’impact sur notre vie est saisissante. Cela me fait penser à tous ces moments où l’on sent que l’on est proche d’une vérité sans parvenir à la formuler : l’auteur y arrive et nous aide à formaliser notre pensée.

Seul reproche au livre, une véritable lourdeur dans le style – mais qui est largement compensé par l’intérêt du contenu. Une des raisons de cette lourdeur provient de la traduction, qui n’est pas fabuleuse : ceux qui ont un niveau d’anglais suffisant pour comprendre des propres simples devraient lire le livre en anglais.

Pour aller plus loin ; consulter également la suite de « Père Pauvre, Père Riche » : Le Cashflow Quadrant – la méthode pour devenir riche par Kyosaki.

RÉPONDEZ

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.