Prêt étudiant pour financer ses études ?

Comment demander un prêt étudiant ? A quoi s’attendre de la part des banques ? Est-ce rentable ? Est-ce réaliste ?

Article MAJ mars 2012.

Après avoir fêté leur diplôme, les jeunes bacheliers 2011 sont en vacances, ou en voyage…ou exercent leur petit boulot d’été. Chaque année, on estime qu’environ 2,5 à 3 millions d’entre eux vont poursuivre des études supérieures. Et pour 60 % d’entre eux, la rentrée 2011/2012 sera financièrement difficile. Parmi eux certains craignent de vivre une vraie galère !

Les études coûtent de plus en plus cher, avec des frais annexes en hausse constante : logement, ordinateur portable, auto, scooter, livres… Pour faire face à ces dépenses, comment disposer de ressources suffisantes ? Les petits boulots et astuces du type réunion de consommateurs peuvent permettre de couvrir à la marge les frais mais au prix d’une fatigue accrue et sans permettre finalement de  vivre et d’étudier correctement dans une grande ville.

Les plus conscients des difficultés ont bien entendu rempli avant l’été leur dossier social étudiant, DSE, pour leur demande de bourse sur critères sociaux, ou leur demande de logement en cité universitaire, ou les deux . Pour ceux qui n’auraient pas effectué les démarches en temps et en heure, ils pourront toujours contacter le Centre régional des œuvres universitaires et scolaires, le CROUS,  dont dépend leur académie. Le CROUS gère en effet toutes sortes d’aides comme les aides au logement, à la mobilité internationale, les aides d’urgence… N’hésitez pas à le contacter.

Si les ressources de vos parents vous écartent de toute aide sociale,  ou si vous vous rendez compte que malgré les aides sociales, votre vie d’étudiant sera très difficile, pensez à la solution des prêts étudiants.

Faut-il souscrire ce type de produit financier ? Y a -t-il des pièges à éviter ? Quelle est la rentabilité réelle de cet investissement ?

Prêt étudiant : de quoi parle-t-on ?

Il s’agit de prêts réservés aux étudiants, avec traditionnellement des taux assez bas et attractifs et des frais de dossier plus bas.

C’est une solution qui demande une vraie maturité et un réel projet d’études débouchant sur un vrai métier, car les sommes à rembourser seront conséquentes :

pret etudiant remboursement

Tôt ou tard, il faudra rembourser le capital emprunté… autant dire qu’il vaut mieux avoir trouvé un boulot à ce moment-là !

Profil des étudiants ayant recours au prêt.

Selon une étude du ministère, les étudiants ayant recours au prêt étudiant ont deux profils majoritaires :

  1. L’élève de 18-20 ans qui suit des études courtes, logé par sa famille, et qui emprunte jusqu’à 6000 euros pour financer principalement l’achat d’un bien de consommation pour être autonome avec comme trio de tête : une voiture, un scooter, un ordinateur.
  2. Les seconds ont 22 ans, sont en formation BAC + 3 ou 4, logés en résidence universitaire ou en logement privé, avec un job étudiant. Le prêt étudiant sert alors de complément pour vivre décemment.

Frilosité des banques.

Evidemment, la solution d’un prêt étudiant ne peut pas concerner les bacheliers qui s’inscrivent en fac ou ailleurs parce qu’il ne savent pas quoi faire. L’échec en première année de fac est massif, et beaucoup d’étudiants se rendent compte qu’ils se sont trompés dans leur choix et sont donc obligés de se réorienter.

D’où la méfiance des banques. Ces dernières n’ont pas envie de risquer de prêter à un jeune sans but professionnel clair.

Mais si vous prouvez que vous êtes motivé et focalisé sur un objectif précis, par le choix de stages ou de jobs d’été en rapport avec votre futur métier par exemple, ou par vos résultats dans la branche choisie, vous pouvez bénéficier d’un prêt étudiant avec ou sans caution parentale.

Enfin si le prêt que vous envisagiez vous est refusé, sachez que vous évitez peut-être de vous retrouver en situation de surendettement, car cette situation ne cesse d’augmenter. Durant le premier semestre 2011, ce sont plus de 125.000 dossiers de surendettement qui ont été déposés à la Banque de France, + 8,8 % par rapport à la même période de 2010. Alors soyez réaliste !

Les parents une fois de plus sollicités.

Les banquiers ne prennent aucun risque et demandent des garanties pour octroyer le prêt étudiant : la caution parentale est presque toujours de rigueur. Le parent (ou le proche) qui accepte de signer sera solidaire de la dette ; c’est lui qui devra rembourser en cas de défaillance de l’étudiant. Une véritable pression sur la famille et l’étudiant, la réussite est obligatoire si l’on ne veut pas se retrouver dans l’incapacité de payer et se retrouver à endetter ses propres parents !

Prêt étudiant ou Crédit à la consommation ?

Les taux d’intérêts des prêts étudiants seront quasi systématiquement plus intéressants que ceux des crédits classiques, avec des frais de dossier réduits ou offerts, mais ils sont plus longs à débloquer. En revanche, comme vous le lirez plus bas, il n’est pas toujours facile d’obtenir un prêt étudiant, et dans ce cas, un crédit bien négocié reste souvent la solution.

Le prêt étudiant garanti par l’Etat sans caution parentale.

Le prêt étudiant garanti par l’Etat a été lancé en 2008, et environ 20.000 prêts ont été validés depuis cette date. Ce prêt est ouvert à l’ensemble des étudiants sans conditions de ressources et sans caution parentale ou d’un tiers. Même les boursiers peuvent y prétendre. Le but de ce prêt est de permettre à l’étudiant de financer ses études ou de vivre mieux le temps de ses études, en repoussant son remboursement à l’issue de cette période lorsqu’il sera sur le marché du travail.

Caractéristiques du prêt étudiant garanti par l’Etat.

1. C’est un prêt sans caution et sans conditions de ressources.
Lorsqu’une banque prête de l’argent, elle s’entoure de garanties pour limiter ses risques en cas de non remboursement. S’agissant de jeunes elle demande la caution parentale ou d’un tiers. C’est donc un très grand avantage de pouvoir bénéficier d’un prêt sans caution. L’Etat se porte en effet garant auprès des banques partenaires à hauteur de 70% des prêts, par le biais d’un fonds de garantie dont la gestion a été confiée à OSEO. Le risque pour les banques ne représente donc que 30% du montant des prêts. Cela suffit cependant pour que le banquier étudie avec attention votre capacité à rembourser. Il faut comprendre qu’il n’y a pas de « droit » à un prêt : le banquier n’a aucune obligation de vous l’accorder. Mais s’il vous accorde un prêt garanti par l’Etat, vous n’avez pas d’autre impératif que de le rembourser, comme pour n’importe quel prêt à la consommation. En particulier, vous êtes totalement libre de dépenser votre argent comme bon vous semble.

2. Un prêt à remboursement différé.
Le montant du prêt garanti par l’état est déterminé par la banque qui l’accorde, selon les capacités à rembourser de l’étudiant :

  • Son montant maximum est de 15.000€, et peut se diviser sur plusieurs années pour couvrir toute la période des études.
  • Sa durée, également déterminée par la banque, peut varier de 2 à 10 ans.

Plusieurs possibilités de remboursement sont prévues par les banquiers :

  • L’étudiant ne rembourse rien pendant la durée de ses études,
  • ou bien il rembourse déjà les intérêts (plus rare).

En tout état de cause, le remboursement du crédit n’intervient en principe que lorsque l’étudiant a terminé ses études. Seul impératif, les remboursements ne peuvent pas être différés au-delà de 10 ans à compter de la date de signature du prêt. A noter que si une assurance est prévue par le contrat de prêt, les primes sont versées dès le début, elles ne sont pas différées.

Pour les prêts étudiants comme pour les autres demandes d’argent, il est absolument capital de comparer de très nombreuses offres, même si au final vous comptez passer par votre banquier de famille, vous aurez en main les éléments pour négocier sans trop d’efforts une forte baisse du taux de remboursement !

Pour exemple, prenons le même prêt étudiant de 10 000€ négocié 2,9% contre 5%, sur 6 ans de remboursement. Pour simplifier le calcul, admettons que les frais de dossiers sont identiques. Les franchises ne sont pas non plus prises en compte (la période de non-remboursement durant laquelle on ne doit payer que les assurances mais pas le remboursement). A l’issue de ses études, l’étudiant devra rembourser sur 6 ans le prêt :

  • A 2,9%, en 6 ans de remboursement, le prêt coûte 10 884€.
  • A 5%, toujours sur 6 ans, le prêt revient à : 11 607€.
  • Soit 723€ d’écart !

Bon à savoir : les banques insistent sur des durées de remboursement très longues, pour s’assurer contre les défauts de paiement. Mais il est tout à fait possible de rembourser par anticipation ! Cela revient bien moins cher !

3. Les bénéficiaires du prêt garanti par l’Etat

Les prêt garantis par l’Etat représentent bien une avancée sociale. Avant leur introduction, il existait une véritable inégalité devant l’avenir. « Que les futurs gros salaires lèvent le doigt » semblaient dire les banquiers : les prêts étudiants ne concernaient que les étudiants des Grandes écoles (sans aucun risque de défaillance pour les banques). Celles-ci ne demandaient pas mieux que de fidéliser grâce à un prêt étudiant une clientèle dont le pouvoir d’achat s’annonçait prometteur !

Pendant longtemps en effet, même si il était possible d’obtenir un prêt étudiant pour la quasi totalité des études (techniques, apprentissage, universitaires…), les élèves des grandes écoles et de troisième cycle universitaire bénéficiaient systématiquement des meilleures conditions à la fois pour le montant et le taux du prêt (en moyenne 2.5% contre 5-6% pour un prêt étudiant en apprentissage). Le point de vue pragmatique était implacable : ces étudiants représentent à la fois moins de risques et seront certainement de gros épargnants une fois intégrés dans la vie active.

Normalement, le prêt peut être accordé à tout étudiant de moins de 28 ans dès lors qu’il est français ou possède la nationalité de l’un des Etats membres de l’UE ou de L’EEE à condition de résider en France de manière continue depuis au moins 5 ans. Evidemment l’étudiant doit être inscrit dans un établissement en vue de la préparation d’un concours ou d’un diplôme de l’enseignement supérieur français : université, IUT, école, BTS, DUT…

Le prêt garanti par l’Etat modifie un peu la donne car désormais les étudiants qui font des études courtes peuvent également en profiter et on trouve une nouvelle typlogie de demandeurs :

  • Les bac + 2  jusque là exclus du système bancaire à moins que leurs parents se portent caution…
  • Les étudiants en BTS ou IUT qui sont désormais relativement nombreux à obtenir ce type de prêt. Ils vivent encore dans leur famille et empruntent en général entre 3.000 et 6000 € pour s’acheter une voiture d’occasion ou un scooter pour commencer à s’assurer une certaine autonomie, ou encore un ordinateur…
  • Les étudiants de certaines écoles très coûteuses, ou les bac + 3 ou + 4 ou + 5 font appel à ce type de prêt pour financer leurs droits d’inscription, leurs frais de logement et en général améliorer leur vie quotidienne.

Le gouvernement a publié des données officielles en 2011 sur le sujet. On voit clairement que la répartition des bénéficiaires commence à se répartir sur des profils différents.

Données : niveau d’études des étudiants emprunteurs
Niveau d’étude des emprunteurs en %
BTS 14%
Classe Prépa 2%
Ecole BAC + 2 6%
Ecole BAC + 3 12%
Ecole BAC + 4 6%
Ecole BAC + 5 ou plus 35%
Ecole d’Ingénieur 1%
Université & IUT 17%
Autres 7%
Données : domaine d’études des étudiants emprunteurs
Domaine d’étude des emprunteurs en %
Commerce – Vente 27%
Economie – Gestion 19%
Littéraire 4%
Médico – Social 14%
Scientifique – Technique 17%
Autres 19%

prêt étudiant niveau études

prêt étudiant domaine études

4. Les banques partenaires du fonds de garantie OSEO
Cinq réseaux bancaires sont actuellement partenaires d’OSEO dans le cadre du dispositif du prêt étudiant garanti par l’Etat :

  • Caisse d’Epargne,
  • C.I.C.,
  • Crédit Mutuel,
  • Banque Populaire,
  • Société Générale.

Le montant moyen des prêts accordés s’élève à 7.900 €, et la durée moyenne de l’emprunt est de 5 ans et demi. Quant au taux d’intérêt pratiqué, librement fixé par les banques, il est de l’ordre de 4%. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence pour obtenir le meilleur prêt en termes de montant, de durée et de taux. Mais pour cela il vous faut d’abord un projet professionnel solide à faire valoir, et une évaluation chiffrée le plus précise possible de vos besoins. Et surtout, il ne faut pas perdre de vue que le prêt devra être remboursé. La garantie de l’Etat est une mesure pour inciter les banques à prêter de manière plus large, puisque leur risque est diminué, mais il ne dispense pas l’étudiant de son obligation de remboursement.

Vous avez aussi tout intérêt à commencer par votre banque ou celle de vos parents ; les prêts étudiants peuvent être considérés comme un investissement à long terme de la banque dans le relationnel client. Après tout, si vous faites des études, c’est pour avoir un bon salaire par la suite !

Les prêts étudiants dans le cadre des partenariats entre universités, écoles, mutuelles… et banques.

Les étudiants sont des cibles privilégiées pour les banques. Les inciter à devenir clients est un investissement à long terme pour elles. Rien de tel qu’un prêt étudiant associé à quelques offres de bienvenue, pour fidéliser un client dont le futur pouvoir d’achat parait intéressant, et qui peut garder son compte pendant des années, voire toute une vie. C’est pourquoi, on voit les banques installées périodiquement dans le hall des universités ou des grandes écoles. Un partenariat est généralement mis en place afin de faciliter les démarches des étudiants.

Et les mutuelles étudiantes ?

Les mutuelles étudiantes gèrent à la fois la sécurité sociale de base obligatoire et la part complémentaire, comme dans les mutuelles traditionnelles du monde du travail. Au moment de votre inscription administrative dans un établissement d’enseignement supérieur, vous devez obligatoirement choisir une mutuelle étudiante. Le rôle de la mutuelle ne se limite pas à couvrir vos frais de santé. Elles sont susceptibles de vous proposer toutes sortes d’avantages, des jobs étudiants, des réductions diverses, des aides, des bourses notamment pour ceux qui partent à l’étranger, des prêts pour passer le permis de conduire, et bien entendu des prêts étudiants par l’intermédiaire d’une banque associée.

C’est dire l’importance qu’il y a de bien étudier les différentes offres avant de s’inscrire à une mutuelle !

Vous trouverez ci-dessous les différentes mutuelles parmi lesquelles vous devrez choisir :

N’hésitez pas à interroger le CROUS de votre académie, ainsi que le Conseil Régional, la mairie, pour connaître leurs offres aux étudiants, notamment leurs aides en matière locative, pour l’obtention d’un permis de conduire… Interrogez également la Caisse d’allocations familiales – la CAF – dont vous relevez, pour savoir à quelles conditions vous pourriez, le cas échéant bénéficier des aides au logement étudiant (APL, ALS).

En ce qui concerne les prêts étudiants, les partenariats mutuelles/Banques sont fréquents. Ainsi, BNP PARIBAS est le partenaire bancaire de la MGEL, de la SMECO, de la SMENO, de la SMERRA par exemple, ce qui n’empêche pas semble-t-il quelques différences entre les offres!  Mais le partenariat le plus abouti est celui de la LMDE et de la Banque Populaire qui ont créé l’association Autonomie et Solidarité. Evidemment, pour bénéficier des avantages offerts dans le cadre d’un partenariat mutuelle/banque, il faut être inscrit à ladite mutuelle (mention sur votre carte d’étudiant et/ou carte d’adhérent) et ouvrir un compte dans la banque partenaire.

Les prêts étudiants selon les banques.

Dans le cadre de l’association Autonomie et Solidarité créée avec la LMDE, la Banque Populaire promeut notamment le financement des études ou du logement sans aucune caution parentale. En ce qui concerne le logement, vous pouvez obtenir la caution du fonds de garantie des solidarités étudiantes, ou un prêt spécial pour votre installation.

Evidemment les avantages proposés ne sont pas un dû. La banque se réserve le droit d’accepter ou non votre dossier en fonction de la fiabilité de votre projet professionnel, et de vos capacités à rembourser à la fin de vos études. 
La Banque Postale propose également des prêts étudiants très compétitifs dont la durée de remboursement peut aller jusqu’à 9 ans ce qui permet d’avoir le temps de terminer ses études et de rembourser le prêt. Quant au taux effectif global de 3,90 % il est très attractif.

Financer ses études avec un prêt étudiant, est-ce rentable ?

D’une manière générale, mieux vaut essayer d’emprunter d’abord directement au sein de la famille, il n’y aura pas d’intérêts ! Il faut ensuite prendre le temps de faire le parcours du combattant des diverses aides, qui sont nombreuses en France : bourse de la République, bourse du mérite, prêt des collectivités locales, etc).

Ensuite, tout est question de planification et de sérieux : évaluez très précisément la somme dont vous avez besoin pour (sur)vivre et étudier décemment. Gardez le prêt le plus bas possible. Vérifier ensuite si vous serez en état de le rembourser ! Votre premier salaire sera maigre, même avec des études longues ; le remboursement du prêt est-il sérieusement envisageable ou allez-vous commencer directement votre vie professionnelle en état de surendettement ? Utilisez ma calculette de simulation crédit pour déterminer le coût total de votre prêt étudiant.

Dernières recommandations concernant le prêt étudiant.

Quelle que soit la banque que vous sollicitez pour un prêt, vous devez prendre le temps de comparer. Et tout d’abord, le taux annuel effectif global (TAEG) exprimé en pourcentage et qui inclut tous les frais, à savoir, les intérêts et les frais de dossiers et selon les cas l’assurance.

Remboursement anticipé du prêt étudiant.

Selon la loi dite Scrivener de 1978, vous avez la possibilité de rembourser par anticipation votre prêt sans pénalités (insistez bien auprès de la banque). Un préavis d’un mois peut être exigé par le banquier. Pour en bénéficier, il convient de faire un courrier manuscrit à l’ordre de la banque demandant le remboursement total ou partiel du prêt.

Si vous faites des comparaisons demandez toujours que l’assurance soit comprise, sinon il y aura des distorsions. Si vous avez le choix entre taux comparables, pour une même durée du crédit,  prenez en compte le prêt dont le remboursement est le plus souple, avec des possibilités de modifications en cours de crédit.

La durée de remboursement des prêts étudiants peut varier d’un an à 10 ans, mais vous devez porter toute votre attention à la période de franchise pendant laquelle vous ne paierez que l’assurance et le cas échéant les intérêts. En effet, à l’issue de cette période de franchise, vous devrez rembourser le capital emprunté. Il vaut mieux vous laisser une marge après la fin de votre cursus étudiant pour être à peu près sûr d’avoir un travail.

Pour appuyer votre demande de prêt, n’hésitez pas à soumettre votre projet professionnel à votre banquier. Vous devez lui montrer qu’il s’agit d’un projet solide, et que vous êtes conscient de vos obligations de remboursement. Chiffrez tous les frais auxquels vous aurez à faire face notamment en matière de logement.

Prenez le temps de comparez les offres des principaux acteurs du marché. Les banques ou sociétés de crédit proposent souvent des prêts et crédit spécialisés pour les étudiants. En fonction de la politique commerciale ou de l’offre promotionnelle du moment, il peut être très intéressant de souscrire à certaines offres.

Enfin n’oubliez pas que votre clientèle est recherchée. Aussi négociez les services liés à la banque comme une carte bancaire gratuite, et des tarifs privilégiés dans leur réseau associé de boutiques et de cinémas par exemple.

Bonnes études !

PARTAGEZ!

1 COMMENTAIRE

  1. C’est un article extrêmement complet qui dresse un panorama complet de la situation. Il est clair que les rentrées scolaires sont une angoisse pour de très nombreux étudiants et leurs familles. L’augmentation constante des dépenses universitaires sont inquiétantes: hausse exponentielle des frais d’inscription, fournitures, matériel (ordinateur quasi indispensable), logement, transports, nourriture… Mais au delà de ce constat, il faut aussi relever la complexité des aides financières. Entre le prêt à taux zéro étudiant, les prêts aménagés des banques, l’OSEO, les aides familiales, l’APL, le CROUS…il est de très difficile de s’y retrouver.

RÉPONDEZ