Ah, les vacances, le sable, la mer… et le billet d’avion ou du « séjour all inclusive » hors de prix !

Savez-vous qu’il existe des astuces pour payer moins cher votre billet d’avion ou votre séjour tout compris ? Et savez vous selon quels critères les vendeurs changent leurs prix ? Petit récapitulatif des bonnes choses à savoir avant d’acheter son billet ou son combo vol + hôtel…

Le délai optimal entre l’achat et le départ… et les petits secrets des vendeurs en ligne.

On pourrait penser (espérer) que le prix d’un billet d’avion ou d’une réservation avion + hôtel évolue juste en fonction de l’offre et la demande ; on se dit mentalement ; « Si j’attends, il y a de moins en moins de places dans l’avion, et donc je m’attends à payer de plus en plus cher à mesure que la date de départ se rapproche ». Sauf que ce n’est pas le cas nécessairement – de nombreux autres facteurs entre en jeu !

Les variations de prix les plus évidentes concernent bien sûr le choix des dates et des horaires – rien de surprenant ici donc inutile de s’attarder ; oui il vaut mieux partir / revenir un mardi – mercredi – jeudi, car (en général) c’est les 3 jours creux des échanges aériens : moins de gens faisant un long weekend de 3 jours, ou de début de semaine urgente pour les professionnels…

Même chose pour les vacances scolaires : c’est TOUJOURS plein pour les compagnies et il y a ZERO chance de forte baisse – donc si vous partez en famille en pleine période de vacances scolaires, le choix évident est de réserver votre billet le plus tôt possible pour espérer un bas prix – ou au moins qui ne gonfle pas lorsque la date se rapproche.

Pensez aussi à toujours comparer le prix depuis une autre ville, voire une ville frontalière d’un autre pays si vous êtes proche, car il y a parfois des écarts significatifs – en particulier sur les long-courriers.

Ensuite, il y a une part de hasard et de pari… il faut comprendre que la plupart des places d’avion sont achetées en bulk (en lot) par les gros voyagistes. Ces derniers font des estimations de tendances, de ce qu’ils vont pousser via de la pub TV, des deals qu’ils ont sur place avec les hôteliers pour proposer des packages les plus intéressants possible, etc. Et en général, pour obtenir le meilleur deal de leur côté, ils ont tendance à faire un « all in » sur 1 destination phare. Donc en un sens ces sociétés prennent un gros risque et mise sur une destination.

Mais parfois, le plan tombe à l’eau… sans même parler de catastrophe naturelle ou militaire non prévue, très souvent la destination ne « prend » juste pas sur le marché. Souvent c’est à cause d’un concurrent qui a fait une plus belle promo sur une autre destination.

Le voyagiste commence alors à avoir de grosses sueurs froides et doit absolument se débarrasser de ses places d’avions pour ne pas perdre de l’argent, il sépare alors ses PAX (Hôtel + avion) et déleste de gros volumes de billets sur le marché. Et cette décision en général se prend entre 6 à 4 semaines des gros départs. Ce qui veut dire que si vous pensez partir sur une grosse destination touristique, à une date très demandée, il peut être intéressant d’attendre relativement tard pour voir si des offres surprenantes apparaissent soudainement sur le marché. Et en particulier le lundi ou mardi, simplement parce que le lundi matin, c’est chez tous les acteurs du voyage le RDV hebdo pour décider de la stratégie commerciale de la semaine et que tous décident d’actions en même temps…

Mais ce n’est pas tout… les vendeurs jouent eux aussi avec nos nerfs, et profitent de la technologie pour nous suivre pas à pas sur le web. Par exemple, certaines sociétés de vente en ligne ont été soupçonnées plusieurs fois de déposer un cookie sur l’ordinateur des visiteurs qui consulte un prix, de façon à gonfler artificiellement le prix à chaque fois que la personne revient : cela afin de créer un sentiment d’urgence et de rareté pour pousser l’internaute à acheter – puisqu’à chaque fois le prix augmente ! Si le sujet vous intéresse – l’IP tracking ; Le Figaro avait fait un papier dessus.

Dans la même veine, il est parfois plus cher de prendre un aller-retour que 2 allers simples (puisqu’il faut bien rentrer et que les gens préfèrent la simplicité, personne ne compare).

Même chose pour le pays de résidence supposé. Si une demande de prix est faite depuis un pays « riche » le prix sera plus cher que depuis un pays « pauvre », pour exactement le même billet.

Démonstration avec un VPN, un programme informatique qui permet de simuler une présence dans un autre pays :

Lorsque je me connecte au site FR mais depuis une IP USA :

Même site, même URL, mêmes dates, depuis une IP Française :

See ? Même produit, même site, 2 prix différents.

Et en poussant le vice, même chose, mais depuis une IP d’Espagne sur la version espagnole du site :

La morale ? A défaut de VPN, comparez au moins toujours les prix avant et après avoir effacé vos cookies ou – plus simple, testez avec une fenêtre de navigation privée sur Firefox par exemple (Raccourci CTRL + MAJ + P). Cela reste la meilleure façon de contrer les tentatives de suivi de nos habitudes par les vendeurs et cela remet à zéro les compteurs en terme de recherches (plus personne ne sait si on a déjà cherché des prix sur une destination précise)…

Et si vous êtes prêt à carrément payer dans une autre devise, hé bien, il y a des astuces avancées, comme présenté par exemple dans le Huffington Post (en anglais).

Pour résumer en 5 points :

  • Privilégier un achat vers 6 semaines avant le départ (sauf vacances scolaires).
  • Vérifier les prix des vols ou des combos Hôtel + vol le lundi fin de matinée.
  • Testez les combinaisons aux jours moins chargés : mardi-mercredi-jeudi. Évitez le dimanche.
  • Pour les longs courriers : vérifiez les prix sur les départs des villes voisines.
  • Vérifiez les prix plusieurs fois, depuis des IP différentes ou à défaut en nettoyant les cookies ou en passant en navigation privée.
Crédit photo : Alejandro C
PARTAGEZ!

RÉPONDEZ