Je suis tombé aujourd’hui sur une vidéo expliquant l’origine de l’argent et son lien avec la dette. La première partie de cette vidéo d’une heure dévoile les mystères de la création monétaire, c’est-à-dire comment l’argent est créé à partir de rien, et comment des gens ont eu un moment l’idée qu’on pouvait prêter de l’argent qu’on n’avait pas. On y apprend donc que les banquiers étaient en fait des orfèvres qui après avoir prêté l’argent des autres se sont mis en plus à prêter de l’argent qu’ils n’avaient pas. Le film insiste donc sur le fait que depuis la renaissance tout le système bancaire mondial ne cesse de construire l’argent fictif en octroyant des prêts.

Histoire des banquiers.

La première partie du documentaire expose de manière très simple et intéressante comment les hommes sont passés du troc à la monnaie et de la monnaie aux billets de banque. On y apprend que les orfèvres (qui contrôlait donc la fabrication des pièces d’or), ont fini par louer un bout de leurs coffres-forts aux riches commerçants avant de se mettre à octroyer en cachette des prêts sur les stocks d’argent confié par leurs clients ! Puis on voit au fil des siècles d’évolution du système jusqu’à aujourd’hui où il a atteint un niveau de complexité extrême.

Epoque moderne de la finance.

En revanche, deuxième partie du documentaire de Paul Grignon – disons l’époque moderne – est nettement plus partisane avec des contenus informatifs tendancieux voire même pro-conspirationnistes. Le documentaire obère totalement le fait que le crédit est nécessaire pour faire évoluer la société. Rue89 a décortiqué le documentaire est fait remarquer que sans crédit la richesse du pays ne pourrait pas croître. En fait ce que l’on peut reprocher au film, c’est qu’on sent bien que le réalisateur déteste le système capitaliste et pensent les banquiers sont des parasites, mais à aucun moment il ne va attaquer la question de front en disant : « est-il souhaitable d’accroître les richesses ? », c’est-à-dire qu’à aucun moment il ne dit franchement qu’il pense qu’il faut sortir du système capitaliste.

Or à ce jour, même dans le cadre du communisme le monde sans crédit est en réalité un monde sans crédit officiel : les hommes se sont toujours prêtés de l’argent ou des objets pour en tirer profit. On peut le regretter, mais cela semble très ancré dans la psychologie humaine. Le fait est que de l’argent n’a pas apporté que des malheurs sur terre, a tout de même permis à l’Europe de soutenir toute son expansion commerciale, et à des millions de foyers d’augmenter leur niveau de vie grâce au crédit.

« It’s too big to fail » : excès du système et crise financière.

Bien entendu comme partout ce sont les excès qui posent problème, avec un système qui pour tenir est obligé de créer toujours plus d’argent et où la prise de risque du prêteur est de plus en plus réduite. On en revient à la seule réplique correcte du film Wall Street 2 : « it’s too big to fail ». Dans le même registre explicatif du monde de la finance, j’avais préféré le film du graphiste Jonathan Jarvis « La Crise expliquée » (en anglais uniquement) , qui expliquait avec brio un problème complexe de manière simplissime. Mais il faut reconnaître qu’à la différence du documentaire « Argent Dette », le film de Jarvis ne propose aucune solution ni aucune piste d’évolution, il se contente d’exposer les faits et les problèmes du système financier moderne.

Au final, « Argent Dette » est un documentaire partial dont la première partie est vraiment intéressante et mérite d’être vu. À la limite, on aurait surtout envie d’en savoir plus sur ces orfèvres… Le reste contient trop de données tendancieuses et discutables pour être vu avec intérêt. Merci à cafecroissant.fr de m’avoir fait découvrir le document. Vous pouvez poursuivre sur le sujet avec le site d’Arrêt sur Images, qui a consacré une analyse à ce documentaire.

1 COMMENTAIRE

RÉPONDEZ

Please enter your comment!
Please enter your name here